Les modalités : la gouvernance

A côté des quatre dimensions thématiques déjà citées, consacrées à la question du « quoi ? », il faut en ajou­ter une cinquième, d’une autre nature puisqu’elle traite de la question du « comment ? ». De fait, le dé­veloppement durable ne se caractérise pas que par ses domaines d’actions – très larges, au de­meu­­rant – mais aussi par la manière de les appréhender et de les mettre en œuvre. C’est là qu’inter­vient la notion – souvent citée mais parfois mal comprise – de « gouvernance ».

Dans le champ spécifique du DD, la gouvernance peut être décomposée en quatre grands sous-thè­mes:

  • L’intégration des principes de bonne administration (au nombre desquels l’approche trans­ver­sale des problèmes, le principe de précaution face aux risques mal connus, l’accueil et l’écoute des usa­gers / cli­ents, la subsidiarité de l’intervention etc…)
  • L’exemplarité des autorités publiques en fait d’éco-comportements, qui veut que l’administra­tion com­munale mon­tre la voie à suivre dans les tâches de gestion qui lui incombent au même titre que toute organisation, publique ou privée : chauffage, mobilité, gestion des déchets, achats et com­mande, etc…
  • La stimulation de comportements citoyens durables, tant par les moyens de la pédagogie et de l’incitation (carotte) que par ceux de la répression lorsque nécessaire
  • Enfin, la mise en place d’une politique d’information, de consultation et de participation ci­to­yen­­ne incluant chacun d’une manière qui lui corresponde.