Les principes du DD

Les finalités d’un développement durable esquissent les grandes lignes du contenu de ce type de développement une fois qu’il serait « atteint ». Mais il ne suffit pas de décrire un avenir radieux, encore faut-il savoir comment agir pour y parvenir. Une partie importante, quoique moins connue, des engagements de la communauté internationale à Rio porte donc sur les changements à apporter au processus de décisions. Les vingt-sept principes fondamentaux formulés dans la Déclaration de Rio sont autant de consignes adoptées par la communauté internationale en 1992 pour rendre possible l' »opérationalisation » du développement durable. L’idée de base est qu’une série de nouveaux principes d’action doivent être appliqués, y compris par les décideurs, puisque les principes appliqués jusque là ne suffisaient pas à rendre le développement durable.

En Belgique, c’est sur cette base qu’une définition plus opérationnelle que théorique du développement durable a été construite. Le premier Rapport fédéral a extrait de cette Déclaration ses cinq principes les plus novateurs, les plus caractéristiques et les plus englobants, pour en faire les cinq principales dimensions d’un développement durable. Cette approche a ensuite été reprise dans le Plan fédéral de développement durable. Cette définition a donc le double avantage d’être directement reliée à la fois au cadre de référence international et aux décisions déjà prises dans le cadre fédéral belge de la loi de mai 1997.

Ces principes et critères sont expliqués ci-dessous tout d’abord en référence à leur énoncé strict en tant que principe dans la Déclaration de Rio. Les autorités se sont en effet engagées à Rio à appliquer ces principes et pas seulement à les prendre en considération7. Ensuite, l’approche proposée élargit systématiquement cette vision, de façon à disposer d’un critère qui accorde une importance égale à chacune des composantes du développement. Cela n’était pas toujours le cas dans la Déclaration de Rio.